07 janvier 2007

Jard sur mer - Vendée



L'abbaye de Lieu Dieu se trouve à deux kilomètres du centre bourg en allant vers la plage de la Mine. On voit de la route un grand bâtiment assez bien conservé. C'est ce qui reste de l'abbaye royale de Lieu Dieu, fondée en novembre 1198 par Richard Cœur de Lion, roi d'Angleterre, duc de Normandie et d'Aquitaine et comte d'Anjou ( celui-ci aimait venir chasser sur les terres de Raoul de Mauléon, seigneur de Talmond ). Il la dota richement et y installa les moines Prémontrés d'une abbaye qu'il avait précédemment fondée à la Genétouze quand il n'était que duc d'Aquitaine.
Ces moines surent mettre en valeur les marais et les terres. Ce sont eux qui plantèrent des chênes verts pour empécher le sable d'envahir leurs cultures.
Cette abbaye fut très prospère mais, très convoitée, elle eut à subir de nombreuses agressions. Pillée à plusieurs reprises (1316, 1371) elle fut ruinée par les protestants en 1568. Elle ne s'en remit jamais vraiment.

Une légende dit q'une barrique pleine d'or serait enfouie dans une vigne voisine de l'abbaye de Lieu-Dieu, à volée de chapon gras des ruines. On la dit placée sur une pierre, au pied d'une aubépine.
Avis aux amateurs de légendes ou de trésors !


Moulin de la conchette



Ce moulin, qui domine le port de Jard, a été construit à la fin du dix neuvième siècle dans des circonstances un peu particulières.
Vous vous souvenez qu'à cette époque là, le service militaire durait trois ans et que les conscrits étaient désignés par tirage au sort. Celui qui tirait un bon numéro était exempté purement et simplement tandis que celui qui tirait un mauvais numéro partait faire son service pendant trois longues années, avec, en prime, le risque de ne pas revenir.
Or donc, dans ces années là, le fils d'une riche famille a tiré un mauvais numéro. Ça ne lui disait rien du tout de partir au risque de se faire tuer quelque part en Afrique ou ailleurs. Son père, qui l'aimait beaucoup, s'est donc mis à chercher un remplaçant, c'est à dire un jeune homme possédant un bon numéro.
Ça se faisait beaucoup, à l'époque.
Et il a trouvé Gaston, un garçon meunier pas riche du tout et qui aurait bien voulu se mettre à son compte. Gaston avait eu la chance de tirer un bon numéro, ce qui l'exemptait de service.
Ils ont alors négocié l'échange des fameux numéros.
Finalement Gaston a accepté de partir trois ans à condition qu'on lui construise un moulin.
C'est ainsi que Gaston a effectué trois ans de service militaire à la place d'un autre et qu'il a trouvé, à son retour, un beau moulin tout neuf au bord de la mer.
Comme dans les contes de fée, il a vécu longtemps, avec une belle meunière, et il a eu beaucoup de sacs de blé et de farine.

Photos fournies par Chantal Montreuil que je remercie vivement (adresse mail chantal.montreuil@wanadoo.fr) membre des troospeanautes.

1 commentaire:

Céléstin a dit…

je ne sais si le 1er commentaire est passé . Donc BIS REPETITA
Bravo et merci pour ce petit regard sur la Vendée